Aurore

Aurore

(2016)


Aurore est séparée, elle vient de perdre son emploi et apprend qu’elle va être grand-mère. La société la pousse doucement vers la sortie, mais quand Aurore retrouve par hasard son amour de jeunesse elle entre en résistance, refusant la casse à laquelle elle semble être destinée. Et si c’était maintenant qu’une nouvelle vie pouvait commencer ?
Réalisateur :
Blandine Lenoir
Nationalité :
France
Durée du film :
1h29
Date de sortie :
25/04/2017
Acteurs :
Agnès Jaoui (Aurore)
Thibault de Montalembert (Totoche)
Pascale Arbillot (Mano)
Sarah Suco (Marina)
Y'a-t-il un bonus de générique ?
Non
Genre(s) du film :
Comédie
Thèmes principaux traités par le film :
Le regard de L'écran
Coup d'oeil du critique
Aurore est l’histoire d’une femme douée d’une grande énergie recevant d’un coup trois tuiles sur la tête : chômage, statut de jeune grand-mère, et pour couronner le tout, ménopause. Bien rythmé, le film amuse beaucoup à cause du décalage qui s’impose au fil des minutes : Aurore (Agnès Jaoui) ne voit pas pourquoi la vie qui respire en elle et dont elle rayonne, viendrait soudain...
Éléments potentiellement choquants :
Propos grossiers
Tenue légère
Baiser sobre
Baiser démonstratif
Nudité
Attitude volontairement sensuelle
Acte sexuel suggéré ou préliminaires
Gros plans sur attributs sexuels
Note technique :
Images & Vidéos
Commentaires et partage
Inscrivez-vous gratuitement
pour pouvoir poster un commentaire dès maintenant !



  • Débutant

 Pas si mal

D'accord, le jeu de certains acteurs est appuyé et la fin est très américaine. D'accord, certaines scènes sont vulgaires voire inutiles (plan interminable de la jeune femme enceinte dans son bain). Mais le film rend hommage, d'une certaine façon, à l'univers coquace et un peu décalé de la regrettée Sólveig Anspach (citée d'ailleurs dans le générique de fin). Dommage que l'excellent Samir Guesmi soit sous-exploité.